Skipper

Philippe Schiller, skipper suisse, navigue au plus haut niveau de la voile internationale dès le début de sa carrière sportive. A partir de 1988, il parcourt les océans du continent australien, de la Nouvelle Zealand et du Japon lors de diverses courses au large. De la Whitbread aux moths à foil en passant par les multicoques à foils, il a vécu les finesses de la régate, l’excitation de la vitesse, autant que les rudesses de la course au large et la complexité des projets expérimentaux.

La compétition​​

11 Championnats du monde
2 Whitbreads

Cette vie de compétition l’amène à naviguer sur toutes les mers du globe avec l’élite de la voile mondiale, notamment sous les couleurs de la Suisse, celle de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie, de l’Ukraine et du Japon.

Une carrière internationale

“ Je me sens vivre avec intensité dans l’audace et le dépassement de soi ! ” “ Je me sens vivre avec intensité dans l’audace et le dépassement de soi ! ”

L'innovation

Un précurseur

Passionné d’innovation, le skipper genevois co-fonde en 2009 le projet Pi 28. L’objectif était de faire voler grâce à des foils un monocoque de grande taille. Le projet était particulièrement ambitieux et précurseur. En effet, les technologies développées alors étaient encore balbutiantes : seuls les moths à foil, des dériveurs ultra-légers de 32kg, réussissaient cette prouesse. Cette aventure technologique l’amène à concevoir et réaliser, avec l’ingénieur Hugues de Turckheim et l’architecte naval Sebastien Schmit, non seulement une structure de foils innovants mais en plus un concept inédit de voile à profil épais (Breveté). L’idée de faire voler un monocoque avec des foils et une voile épaisse a fait son chemin, puisqu’en 2021, la prochaine America’s Cup aura recours à ces techniques.

Encore et toujours l'innovation

Quelques années plus tôt, il avait déjà travaillé dans ce sens en adaptant des foils de Moth sur son 18 pieds Australien. En vol, cela permettait d’atteindre déjà des vitesses vertigineuses. Actuellement, il participe au développement d’un nouveau prototype de Moth, le « Humingbird H-13 design» avec le designer Tristan Trajan.

“ L’idée d’aboutir à une solution nouvelle m’a toujours fait vibrer ! ” “ L’idée d’aboutir à une solution nouvelle m’a toujours fait vibrer ! ”

L'expérience

2 tours du monde Whitbreads

Réputée être l’une des compétitions sportives les plus difficiles, la Whitbread, actuelle Volvo Ocean Race, est une course autour du monde en équipage où se confrontent les meilleurs skippers et marins du monde. C’est comme barreur régleur que Philippe Schiller participe en 1989 à la cinquième édition sur le Maxi 80’ Merit, le bateau de Pierre Fehlmann. L’équipe talonne les deux maxis ketch néo-zélandais et remporte une magnifique troisième place sur vingt-trois participants. Ce tour du monde fut marqué par le chavirage de Martela près du Cap Horn. Il s’engage à nouveau sur la Whitbread en 1993, cette fois-ci, sur Hetman Sahaidachny, le team ukrainien.

Un riche parcours

Depuis ses premiers championnats du monde à l’âge de 15 ans, Philippe Schiller a navigué sur un grand nombre de bateaux différents. Il a vécu ses premiers championnats du monde à l’âge de quinze ans. Il a participé à sept tours de France à la voile, deux Whitbreads, une Sydney-Hobart, une transpacifique, seize saisons sur les 18’ Australiens avec un titre de vainqueur de la coupe du monde et pas moins de onze participations à des championnats du monde dont sept en Moth à foil.

“ Toutes les prises de risques sont source de découverte, pas-à-pas, elles forgent notre expérience ! ” “ Toutes les prises de risques sont source de découverte, pas-à-pas, elles forgent notre expérience ! ”

Photographe
de l’action

2 tours du monde Whitbreads

Saisir l'instant, au cœur de la compétition

Réputée être l’une des compétitions sportives les plus difficiles, la Whitbread, actuelle Volvo Ocean Race, est une course autour du monde en équipage où se confrontent les meilleurs skippers et marins du monde. C’est comme barreur régleur que Philippe Schiller participe en 1989 à la cinquième édition sur le Maxi 80’ Merit, le bateau de Pierre Fehlmann. L’équipe talonne les deux maxis ketch néo-zélandais et remporte une magnifique troisième place sur vingt-trois participants. Ce tour du monde fut marqué par le chavirage de Martela près du Cap Horn. Il s’engage à nouveau sur la Whitbread en 1993, cette fois-ci, sur Hetman Sahaidachny, le team ukrainien.

Saisir l'instant, au cœur de la compétition

Au cours des années qui suivent, son style artistique s’affirme par des reliefs prononcés et des effets de matière inédits qui génèrent des émotions intenses. Ce traitement de l’image, associé à une volonté claire de faire découvrir ce que l’œil ne voit pas donne à ses photographies une profondeur originale.

Combined Shape Created with Sketch.

Né : 20 MARS 1966
à : GENÈVE
Astrologie : POISSON
Astrologie chinoise : CHEVAL DE FEU
Astrologie espagnole : TAPAS
Poids : 82 KG
Taille : 1.92 M

Yeux : MARRON
Cheveux : DANS LE VENT
Nationalité : SUISSE
Situation familiale : MARIÉ, 3 ENFANTS
Profession : SKIPPER ET PHOTOGRAPHE
Licence : CLUB NAUTIQUE DE GENÈVE
Site d’entraînement : PALMA DE MAJORCA

Centre d’intérêt : L’ESTHÉTISME
Qualité n°1 : ÉPICURIEN
Défaut n°1 : ÉPICURIEN AUSSI
Vin : BELLERUCHE, CÔTES DU RHÔNE
Aime : BOIRE SON VIN DANS DES VERRES
Sport : VOILE, MONTAGNE, KYTE SURF
Hobbie : PRENDRE LE TEMPS DE VIVRE